Bains de siège froids : Aglagla c’est pas drôle!

La technique d’Hydrothérapie du bain de siège froid a été démocratisée par Kühne, hygiéniste allemand au XIX siècle. Mais chez nous, c’est notre vieille amie Rika Zarai qui l’a remis au goût du jour. Nos voisins germaniques n’étaient pas les derniers pour patouiller dans l’eau glacée… Un autre collègue hygiéniste Sébastien Kneipp, lui aussi, préconisait les bains froids pour améliorer l’immunité et fortifier le corps ! Il s’est guéri d’une tuberculose avec cette technique et a fondé de nombreux établissements de cure qui existent encore aujourd’hui.

Bien que… Ce-dernier avait une constitution qui peut facilement supporter de telles ablutions, n’importe qui ne peut pas le faire…! une personne plus fragile ou plus maigre, au système cardio-vasculaire moins tonique resterait congelé, les yeux agards et la truffe sèche dans le bouillon. Kühne lui-même, n’était d’ailleurs pas bien vaillant, assez fin au teint blanc comme une fesse d’esquimau, j’admire son courage face à de tels engagements pour son hygiène de vie !

Comment procéder :

Un bain de siège est un bain de la ceinture jusqu’au pied. Ne pas monter plus haut, car le foie déteste le froid, autant d’ailleurs que les reins, et cela pourrait nuire à la santé générale d’une personne déjà faible ou fragilisable. Laisser les jambes et les pieds en dehors de la baignoire. ce bain se pratique à une température de 10 à 15°C (pas plus de 18°C), pendant une durée de 2-3 minutes, tous les jours, pour une personne fine et frileuse, (cette dernière peut également, si la température est vraiment intenable, garder les pieds dans une bassine d’eau chaude, oufff bien plus agréable….) et 15-20 min tous les jours, pour une personne à la constitution plus vaillante.

Il faut ensuite frictionner la partie génitale, l’anus, le périnée et le bas du ventre et du bas du dos. Allons-y vigoureusement, Kühne préconisait carrément le gant de crin… décidément, celui-là avait des pratiques axées sur l’auto-flagellation. Un gant normal suffira, cependant, soyez vif. J’ajouterais qu’à une telle température, les gestes deviennent vifs naturellement!

Quelles sont les vertus d’un tel bain?

Eh bien, déja, et ce pour une raison évidente, le système cardio-vasculaire sanguin et lymphatique s’en trouve tonifié, ce qui active les liquides du corps (« les humeurs »). Une telle activation conduit les liquides vers les filtres du corps, le foie, les reins, les poumons, la peau, et aide à une détoxication et à un drainage des toxines. De plus, il décongestionne la zone du bas ventre (je pense ici aux dames pendant la ménopause, souvent embêtées par les gonflements du bas-ventre), aux hémorroïdes, à un transit paresseux, etc… Enfin, disons que c’est un tonique général du système nerveux et une technique énergisante.

ATTENTION, je dirais que cette technique appartient à une cure de détoxication, et non revitalisante. Les personnes déjà sous-vitales ou affaiblies par des carences opteront pour d’autres techniques plus douce d’activation des filtres émonctoriels. Il est donc important d’avoir un bilan vital avant d’adopter cette ablution, afin de savoir si cela correspond à notre terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *