La ménopause : le corps de la femme en plein changement

He oui mesdames, l’âge sénior commence à l’arrivée de la ménopause. Le corps entre dans un nouvel âge et se régule différemment. Les hormones changent et donc le corps et les humeurs changent aussi. Ce temps de transition s’opère physiologiquement pendant environ 7 ans, de 49 à 56 ans (les cycles de l’être humain se font de 7 en 7 ans), heureusement les symptômes désagréables ne durent pas toujours 7 ans.  On peut décomposer ce temps de changement en 3 temps distincts à la ménopause :

– La pré-ménopause :

Les hormones oestrogènes et progestérone commencent à flancher, ce qui provoque une hausse des hormones hypophysaires FSH et LH, qui tentent de stimuler leur sécrétion. Le nombre de follicules chez une femme est déterminé in utero. Quand y en a plus, y en a plus ! S’il n’y a pas d’ovulation, il n’y a pas de corps jaune (dégradation du follicule dans l’ovaire, qui sécrète la progestérone). On a donc une hyper-oestrogénie relative (oestrogènes>progestérone), ce qui provoque des troubles typiques de congestion du petit bassin, hypertrophie de l’utérus, douleur de type prémentruelles, les leucorrhées (pertes blanches) et mastoses (grosseurs dans les seins), déprime, anxiété, une baisse de la libido et de la lubrification vaginale, spasmophilie, asthme (sécrétion d’histamine)…

La phase ménopausique :

A leur tour les oestrogènes baissent, ce qui entraine des effets secondaires liés à cette baisse. Comme les oetrogènes contribuent au maintien et au gonflement des tissus, cela explique la ptose d’organes, la sécheresse cutanée, les rides, faiblesse ligamentaire… Et surtout, une fragilisation osseuse : ostéoporose !!! (faire une ostéo-densitométrie permet d’évaluer le degré de cette fragilisation)

La post-ménopause :

Les systèmes se calment et retrouvent leur stabilité. Les surrénales sécrètent du cortisol qui va limiter l’inflammation et redonner de l’énergie. Elles sécrètes aussi des hormones sexuelles stéroïdiennes qui sont les mêmes que celles de l’homme. Il est intéressant de constater qu’à l’âge de sagesse, l’homme et la femme se rapprochent dans leur fonctionnement et même leurs humeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *