Le Pr Joyeux : L’Alimentation au service de l’immunité

Connaissez vous le Professeur Joyeux?

henri-joyeuxMédecin Oncologue de 72 ans, professeur à au CHU de Montpellier et fondateur de l’association « Santé Pour Tous », il est très illustre dans le milieu de la diététique et du bien-être, et très décrié dans le milieu de la médecine scientifique. Il s’exprime sur des sujet brulants tels que le traitement des cancers, Parkinson, Alzheimer, les vaccins, etc… Ses opinions, loin de faire l’unanimité, sont dans la droite lignée de celles du Dr Seignalet, lui aussi très décrié à l’époque. Plusieurs fois menacé d’être radié de l’ordre des médecins, il maintient haut et fort ses positions anti-vaccins, anti-traitements abusifs et pro-alimentation vivante. Je vais de nombreuses fois faire référence au Professeur Henri Joyeux dans ce blog, à travers mes diverses lectures. Mais ici, j’attire votre attention sur ses lettres, que je vous invite fortement à recevoir sur votre adresse email. Très pédagogiques, elles donnent un éclairage sur divers pathologies, sur des sujets de société relatifs à la santé, sur des compléments alimentaires ou aliments aux mille vertus.

Pour en savoir plus sur le Professeur Joyeux : https://professeur-joyeux.com/.

Marié à une diététicienne spécialisée dans le crudivorisme et l’alimentation vivante, il crie haut et fort que la nutri-thérapie sauve des vies, bien avant la chimiothérapie ou les sacro-saint vaccins . Tu m’étonnes, qu’il ne se fait pas beaucoup d’amis!!  Je suis moi-même allée l’écouter à Lorient avec son épouse et j’ai été impressionnée par son talent pour mettre au niveau de compréhension du plus néophyte des concepts complexes tels que l’immunité, la porosité intestinale ou le développement des cellules tumorales…

____

Ici,  un extrait de sa lettre sur la gelée royale, datant de 2014 :

La gelée royale : intérêt en thérapeutique humaine

Notre livre dans sa 2ème édition « Les Abeilles et le chirurgien – de l’Apiculteur à l’Apithérapeute » suscite beaucoup de questions. La Gelée royale, – le Bee Milk, le caviar de la ruche – si nécessaire à la santé de la Reine, peut-elle être utile à la santé humaine ? La réponse est positive dans des indications particulières.

Substance la plus élaborée de la ruche, source de l’alimentation de la reine, elle est la clé du développement de toute la colonie. La reine croît deux fois plus vite qu’une simple ouvrière. Les larves des cellules royales ont droit à trois jours de plus de gelée royale, ce qui leur permet de construire les organes sexuels si importants pour la reine. Bien nourrie, la reine peut vivre 5 ans.

Un peu d’histoire : d’un prix Nobel à un Pape

En 1931 le prix Nobel allemand de chimie, Friedrich Bergius est chargé d’analyser la gelée royale. La trouvant trop complexe, il abandonne sa recherche mais la consomme et observe autour de 50 ans un grand dynamisme physique et sexuel. En 1938, le père Boyer de Belvefer réalise une étude scientifique et méthodique avec la Gelée royale.

Pendant des années, il l’administre à des chiens, à des porcs et à des chats, dans un but d´examiner s´il existait un effet placebo sur les hommes. Et il constata en effet que ses animaux d´expérimentation étaient plus vivaces et énergiques que leurs compagnons placébos. Dans sa famille et sur lui-même, il fit les mêmes expériences et obtint les mêmes résultats.

C’est quand il fait savoir que le Pape Pie XII en avait consommé quelques jours un extrait prescrit par le Dr. Galeazzi, et avait perçu un effet rapide restaurateur et renforçant, que la gelée royale commença à être commercialisée partout dans le monde avec grand succès.

L’origine de la Gelée Royale

La Gelée Royale est produite par les glandes hypopharyngiennes et mandibulaires des nourrices, de jeunes abeilles nourricières. Ces abeilles peuvent en fabriquer 300 à 800 grammes par ruche et par année. Cette fabrication est liée à la présence de pollens. Pendant sa vie, une ouvrière peut avoir besoin d’environ 160 à 180 mg de pollen avec une moyenne de 20 % d’azote pour fabriquer le gelée royale.

Celle-ci est l’alimentation exclusive de la reine durant toute son existence. Les cellules royales contiennent la gelée la plus riche. Grâce à la gelée, une larve multiplie son poids initial par 1500 à 1800 en 5 jours ! Les ouvrières, elles, ne le multiplient « que » par 500. Croissance donc unique dans le monde animal. Ainsi la reine peut pondre en moyenne plus de 1 000 œufs par jour en saison. Elle se nourrit au prorata du volume de sa ponte, d’un mélange de gelée royale et de miel, apporté par les ouvrières. C’est la gelée royale qui contient le facteur déterminant qui change l’abeille d’ouvrière en reine.

La fabrication en France n’excède pas 2 tonnes par an. 98 % de la gelée royale consommée en France provient malheureusement d’Asie, principalement de Chine où elle est fabriquée dans des conditions non contrôlées (nourrissage artificiel des abeilles – usage frauduleux d’antibiotiques – congélation à répétition), loin du cahier des charges français. D’où la nécessité d’obliger à étiqueter la provenance du pays d’origine afin de ne pas tromper les consommateurs.

Par sélection génétique les Chinois sont parvenus à des rendements importants, de 5 à 7 kg par an et par ruche avec des reines jeunes âgées seulement d’une année.

La consommation quotidienne par une larve est de 120 à 180 millièmes de gramme. Pour un enfant fatigué, grippé, elle peut atteindre 1/10 de gramme et 1 gramme pour l’adulte.

LIRE LA SUITE

S’ABONNER AUX LETTRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *