Recette Seignalet : La santé dans l’assiette !

Revenons à SEIGNALET, qui ce mois-ci est notre centre d’intérêt n°1 !

Dans un chapître dédié aux différences notables entre l’alimentation ancienne et moderne, il cite 6 points à développer, détaillés ci-dessous. Le principal problème résultant d’un tel bouleversement de l’alimentation réside dans les enzymes, inadaptées à ces nouvelles macro-molécules inconnues. Tiens, tiens, n’avons nous pas déja entendu parlé d’enzymes avec le Dr Shinya?

La consommation de céréales domestiques : les multiples et successives sélections nécessaires à l’homme pour cultiver cette source d’alimentation, puis augmenter son rendement, ont subi des mutations génétiques, hybridations et transplantations, qui rendent sa composition actuelle très différente de celle passée. Globalement mieux toléré, Seignalet conseille le riz au blé et au maïs.

La consommation de laits animaux : Le lait de vache est pour les veaux… Il est en effet adapté à une croissance rapide des os et lente du cerveau. Or pour l’humain, les besoins sont l’inverse, ce qui s’illustre donc par une différence de QI constatée lors de plusieurs études, entre les enfants nourris au lait de vache et ceux nourris au lait maternel. L’effet du lait sur les villosités intestinales et sa composition inadaptée à l’homme, sont incriminées dans plusieurs études portant sur des maladies telles que la sclérose en plaque, la polyarthrite, la maladie de Crohn, les migraines chroniques, etc…

La cuisson de nombreuses substances : Lors de l’agitation des molécules crées par la chaleurs, celles-ci s’entrechoquent, se cassent, se mêlent au hasard à d’autres molécules qui créent des formations nouvelles qui parfois n’existent pas la nature. Ceci pose un problème à nos enzymes pour en reconnaître la structure et donc les digérer convenablement.

La préparation des huiles : Les procédés d’extraction des huiles a fortement changé depuis le début du XXe siècle, ce qui a eu pour conséquence une modification de la qualité des huiles devenues impropres à la consommation, ce qui force les fabricants à utiliser solvants et autres procédés dénaturants. Ces acides grans modifiés (« trans ») provoquent des effets secondaires dans le corps tels que dépôts artériels ou inflammations, également incriminés dans de nombreuses maladies de civilisation.

La pollution alimentaire : irradiations, additifs, molécules administrées aux animaux ou aux végétaux, OGM, nombreux sont les traitement infligés aux aliments avant qu’ils n’arrivent dans notre assiette. Seignalet conseille un retour aux aliments naturels grâce à la consommation du bio – pas parfait, mais on fait ce qu’on peut!! – pour revenir à une composition saine et un meilleur goût!

Le risque de carence en vitamines et minéraux : provoqué par une agriculture totalement dévitalisée, des sols rendus stériles à cause de l’agriculture intensive, des élevages d’animaux en batteries, qui ingèrent une nourriture dénaturées, des médicaments et des compléments alimentaires… De tous ces procédés résulte une alimentation pauvre et peu nutritive, qui provoque carences en minéraux et vitamines.
Pour toutes ces raisons, le Régime Seignalet représente une alternative pour la santé.

Recette SIGNALET :

Issue du magnifique site de cuisine « The belly Brain », voici le Curry de légumes sans gluten ni lactose :

Préparation: 15 minutes / Cuisson: 20 minutes / Quantité: pour 4 personnes

Ingrédients

  • 1 carotte
  • 1/2 tête de brocoli
  • une grosse poignée de tomates cerises (10 environs)
  • 10 petites asperges (coupées en 4)
  • 1/2 boîte de conserve de pois chiche (si possible laissez les tremper dans l’eau plusieurs heures avant pour retirer leur pellicule = meilleure digestion)
  • une boîte de conserve de lait de coco
  • 1 oignon jaune
  • 4 gousses d’ail
  • 1 cs de gingembre coupée en petits morceaux
  • 1 cs de poudre du curry de votre choix (ou plus selon votre résistance aux épices)
  • 1 pincée de piment de cayenne (en option)
  • 1 cc de cumin en poudre (en option)
  • du riz, brun de préférence (= plus de fibres, indice glycémique plus faible)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *